Barbezieux : place du château

logo_8088

 

 

Barbezieux : voilà à quoi ressemblera la place du château en 2018

Par Pascal HUORD, publié le 14 avril 2016.

pietonniere

Des stationnements en périphérie de la place, des cheminements doux pour les piétons et une esplanade centrale. C’est le projet retenu par la Ville.

Barbezieux a choisi le profil de la future place du château. Un écrin de verdure qui ménagera le stationnement et apportera la place centrale qui manquait à la cité. Livraison en 2018.
L’opération de chirurgie esthétique de la place du château de Barbezieux – officiellement place de Verdun – et du square du 14-Juillet attenant débutera en début d’année prochaine. Elle s’étalera sur 18 mois. Le projet vient d’être choisi à l’unanimité des 14 membres du jury et il est l’œuvre du cabinet d’architectes paysagistes Hangar 21 d’Angoulême, parmi 38 candidats. Pour la circonstance, HANGAR 21 s’est octroyé les compétences d’une paysagiste, Giovanna MARINONI, et d’Anne BOISSAY, architecte du patrimoine. Ce projet « doit permettre de restaurer l’identité du lieu et d’introduire de l’humanité sur ce grand espace d’enrobé », confie le cabinet de paysagistes. L’identité parce que cette place constituera l’écrin du château juste rénové, principal monument de la cité, et ne sera plus une tache noire au cœur de la ville.

partie

ville

1

Charte architecturale : début des travaux

logo

 

 

 

 

Charte architecturale :
début des travaux !

Nous vous parlons régulièrement dans les colonnes du bulletin municipal de l’avancée des travaux du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, qui cadrera les futures règles d’urbanisme dès 2017.
La commune a choisi d’adosser à ce document « réglementaire » un document aux préoccupations plus esthétiques, en matière d’architecture de notre bourg.
Il s’agit de définir ce que l’on souhaite – ou pas – selon les différents « quartiers » du village, et des diverses façon d’habiter.
Ce document, non contraignant, sera un support pour guider, conseiller (et parfois convaincre !) sur la qualité architecturale d’un bâtiment à construire ou à rénover.
Début des travaux le 3 novembre :
L’équipe d’ Anne BOISSAY, architecte en charge de ce travail a fait « plancher » le Conseil Municipal lors d’une réunion de cadrage des travaux. Il s’agissait  sous forme d’un petit « jeu », de faire ressortir les points positifs et négatifs du village, du point de vue de chacun, sans se concerter au préalable…
Il en est ressorti des réflexions très intéressantes, et qui pouvaient se regrouper par grands thème aussi bien en positif ( la qualité de vie, l’espace, les vielles pierres…) qu’en négatif (les problèmes de stationnement, les densifications « ratées », le manque de transports…)

photo_bm

L’exercice ayant particulièrement plu aux élus, il a été décidé de le reproduire lors du café des ainés le 5 décembre ou chacun s’est prêté au jeu. La population aura la possibilité de participer aux réflexions engagées, vous serez informés prochainement de modalités de concertation.

Le 5 mars, une animation à eu lieu place de la Mairie, sous un tivoli. Les habitants étaient invités à venir participer aux ateliers de réflexions et exprimer des avis sur ce qu’ils apprécient à Thairé.

Un prochain rendez-vous est prévu en avril. Il s’agira d’une randonnée à la découverte de nos paysages.

( photo P. Vinet )

4928_n

L’architecture et le patrimoine brévinois à l’étude

logo-of-167x72

 

L’architecture et le patrimoine brévinois à l’étude

larchitecture-et-le-patrimoine-brevinois-letude

 Dans le cadre de l’Avap, Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine, une présentation était proposée aux habitants de Saint-Brevin vendredi soir, à la salle de l’Étoile de Jade, en présence d’Annie Boutin, adjointe à l’urbanisme, du maire Yannick Haury, de nombreux élus et d’habitants brevinois intéressés par le sujet. Anne Boissay, architecte du patrimoine et Alice Meuris, paysagiste, ont présenté un diagnostic en commençant par un historique de la constitution de la commune.

Continuer la lecture de L’architecture et le patrimoine brévinois à l’étude

Ecrivons ensemble une charte architecturale et paysagère pour notre commune

logo-2

 

 

 

 

Cette mission a été confiée à :

Mme Anne Boissay, Architecte du Patrimoine
Mme Alise Meuris, Paysagiste
Mme Léa Dubreuilh, Géographe Urbaniste

La commune bénéficie également pour cette opération d’un accompagnement par le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE)en la personne de Mme Claire Peyron, Architecte au CAUE 17.

La suite de l’article sur Angoulins sur mer

CAUE 17

Les Climats du vignoble de Bourgogne

Les Climats du vignoble de Bourgogne entrent au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inscrire les Climats du vignoble de Bourgogne sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, lors de sa 39ème session, à Bonn, en Allemagne.

1435849106_Montagne_de_Corton-1-M.Joly

Ce bien culturel a ainsi démontré qu’il possède une Valeur Universelle Exceptionnelle, un trésor désormais mondialement reconnu : ses 1 247 Climats, parcelles de vignes, aux noms évocateurs tels Montrachet, Romanée-Conti, Clos de Vougeot, Corton, Musigny, Chambertin… qui expriment la diversité culturelle de la Bourgogne viticole. Après 8 années d’efforts et d’espoir, le rêve des Bourguignons devient réalité.

« Aujourd’hui, c’est à toutes celles et ceux qui ont cru en cette aventure, qui l’ont soutenue avec ferveur, que je veux rendre hommage et à qui j’adresse mes sincères remerciements. Cette inscription est le fruit d’un travail collectif, mené de concert par les collectivités, les services de l’Etat, le comité scientifique, le monde viticole, les entreprises et mécènes et les plus de 64 000 personnes constituant le Comité de soutien » a déclaré Aubert de VILLAINE, Président de l’Association des Climats du vignoble de Bourgogne, qui a porté la candidature au Patrimoine mondial.

« Cette inscription est aussi la reconnaissance du travail de toutes les générations d’hommes et de femmes, vignerons, moines cisterciens, ducs de Bourgogne, qui, siècle après siècle, ont patiemment construit le vignoble de la Bourgogne, recherchant l’excellence avec détermination. L’appartenance des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine de l’humanité est notre fierté. Désormais, c’est aussi notre devoir vis-à-vis de la communauté des nations. ».

Continuer la lecture de Les Climats du vignoble de Bourgogne

Les climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco

logo-lemoniteur.png.pagespeed.ce.PagJs9xPF-

 

Jean-Pierre Gillot, vice-président de l’association pour l’inscription des climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco « Une planification cohérente pour le territoire viticole »

Propos recueillis par Christiane Perruchot – Moniteur N° 5649 – Publié le 02/03/2012

La France proposera la candidature des climats du vignoble de Bourgogne à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Que représente pour vous cette victoire d’étape ?

Elle récompense tout un territoire mobilisé depuis 2004 à travers ses élus et ses habitants, de Dijon à Beaune en passant par la côte de Nuits-Saint-Georges. L’inscription n’est cependant pas acquise. En juin à Saint-Pétersbourg, le comité du patrimoine mondial donnera un avis fondé sur les prescriptions de ses vingt et un Etats membres et sur les premiers éléments de gestion du site. A partir de cet été, des experts désignés par le Conseil international des monuments et des sites (Icomos) vérifieront sur le terrain l’authenticité des 1 247 parcelles désignées sous le nom de climats (1). L’association poursuivra l’élaboration de son plan de gestion du site avant de céder la place à un nouveau mode de gouvernance fondé sur deux piliers : une conférence territoriale pilotée par les élus, et une commission technique permanente, l’organe opérationnel.

Quel travail réglementaire le mode de gestion suppose-t-il ?

Rendu le 9 février, l’inventaire du cabinet d’études Grahal et du service régional de l’inventaire répertorie tout le petit patrimoine bâti, en majorité dénué de toute protection : clos, murgers et cabottes, mais aussi l’habitat vigneron, les granges et les cuveries.
Réalisée par le cabinet Ponant de Rochefort, l’étude d’opportunité des protections et du mode de gestion va guider les communes sur les outils réglementaires à mettre en place. Beaune a adopté le principe de création d’une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (2), Dijon possédant pour sa part un secteur sauvegardé. Une extension du site classé de la côte méridionale de Beaune jusqu’à la côte de Nuits-Saint-Georges est aussi envisagée. Il est également question d’une trame écologique et d’une politique d’exploitation durable des carrières, dont la présence a toujours été indissociable de la vigne.
Des outils de planification harmonisés couvriront ce territoire de 327 395 habitants : schémas de cohérence territoriale (Scot) pour les agglomérations de Dijon et de Beaune, plans locaux d’urbanisme (PLU) intercommunaux pour les communautés de communes du Pays de Nuits-Saint-Georges et de Gevrey-Chambertin. La candidature au patrimoine mondial aura également le mérite de prendre à bras de corps la question de l’affichage publicitaire dans les entrées de ville.

(1) Parcelles de vignes délimitées au centiare près et bénéficiant de conditions géologiques, hydrologiques et atmosphériques spécifiques, donnant des crus et des cuvées distinctes. (2) La loi dite Grenelle 2 a institué les AVAP pour remplacer les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.

Le Moniteur

Un diagnostic complet de la commune

logo-phare-de-reSaintemarie

Un diagnostic complet de la commune

Jeudi 25 juin, la mairie organisait, dans la salle d’Antioche, une réunion d’information sur l’AVAP (Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine)

Sans titre-1

Les Maritais présents, une vingtaine, ont beaucoup apprécié la présentation du diagnostic architectural, paysager et patrimonial qui conduira à l’installation définitive en 2016 de l’AVAP. En présence de Gisèle Vergnon, maire, et de la commission qui planche sur le sujet, Anne Boissay, architecte du patrimoine missionnée par le cabinet d’urbanisme du Ponant, a présenté ses conclusions. En fin de présentation, l’instant des questions diverses a précisé le propos.

Les AVAP sont directement issues des ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager), issues elles-mêmes d’une notion bien plus antérieure : le monument historique. Pour ce dernier, son classement délimitait une zone circulaire de protection gérée par l’architecte des bâtiments de France. Cet espace est devenu zone et s’est agrandi en aire. Tous ces sites, classés ou inscrits, ont plusieurs référents (Natura 2000, Conservatoire du littoral, ZNIEFF zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristiques).

Continuer la lecture de Un diagnostic complet de la commune

Un périmètre provisoire de l’AVAP déterminé par la commission

logo-of-167x72

 

 

Montfaucon-Montigné – 14 Octobre 2012

Un périmètre provisoire de l’AVAP déterminé par la commission

un-perimetre-provisoire-de-lavap-determine-par-la-commission

 À gauche de la photo, la projection permet de voir le périmètre provisoire de l’Avap englobant la vallée de la Moine et les trois monuments historiques de la commune.

Vendredi soir, le syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVM) de Montfaucon-Montigné-Saint-Germain organisait une deuxième réunion publique pour présenter le projet d’Avap (aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine). L’Avap concerne la commune de Montfaucon-Montigné mais aussi les sections agglomérées de Saint-Germain. Elle a pour objectif la protection du patrimoine paysager et bâti. Cette réunion n’a pas mobilisé la foule puisqu’une douzaine seulement d’habitants s’était déplacée. Le cabinet Ponant a pourtant réalisé un recensement de toutes les propriétés bâties du territoire concerné ainsi que tout le petit patrimoine. Les Montois et les Germinois concernés sont invités à se rendre en mairie pour voir dans quelle catégorie ont été classées leurs maisons : monuments historiques, immeubles de qualité en bon état, immeuble de qualité à réhabiliter, immeubles de faible intérêt…

 Anne Boissay, architecte du patrimoine, a réalisé un diaporama sur l’histoire de la commune, expliquant sa forme d’urbanisation actuelle en montrant les agrandissements successifs au cours des siècles. Elle constate, comme partout ailleurs, que le vieux bâti est banalisé par l’ajout successif d’éléments de confort permettant de le moderniser, qu’il existe des cassures avec la juxtaposition de bâti ancien et moderne.

Continuer la lecture de Un périmètre provisoire de l’AVAP déterminé par la commission

Les habitants ne manquent pas d’idées

logo-sud-ouestlogo-2

Publié

1946561_330_9880630_800x400

Une cinquantaine de personnes samedi, moins dimanche, se sont arrêtées sur le stand de la mairie. © Photo O. G.

Les habitants ne manquent pas d’idées

Le stand qu’avait installé la mairie à côté de la halle du marché a connu un franc succès, samedi et dimanche matin. Alice Meuris, paysagiste, Anne Boissay, architecte du patrimoine et Léa Dubreuilh, géographe urbaniste sont membres du comité d’étude architecturale et paysagère. Une structure mise en place par la municipalité (qui regroupe professionnels, élus et citoyens) en vue de la constitution d’une charte  architecturale et paysagère.

Continuer la lecture de Les habitants ne manquent pas d’idées

Un stand pour parler de la ville

logo-sud-ouestlogo-2

Publié le 05/06/2015 à 03h44 par Olivier Guérin

1941843_131_9825750_800x400

Architecture, espaces verts, littoral, tous les sujets pourront être  abordés, samedi et dimanche.© Photo O. G.

Un stand pour parler de la ville

 Il y aura un nouveau stand sur le marché, samedi et dimanche. Il ne vendra rien. Au contraire, il récoltera. Il recueillera les propos des Angoulinois sur l’aspect urbanistique et paysager de leur commune, de son présent et de son futur.

Continuer la lecture de Un stand pour parler de la ville